Ça brasse dans la capitale

Des milliers de festivaliers ont célébré au froid et au chaud des deux côtés de la rivière des Outaouais vendredi soir. Du côté d'Ottawa, ce fut le coup d'envoi du Festival Bal de Neige tandis qu'à Gatineau les amateurs de bières artisanales se sont rassemblés au Musée canadien de l'histoire pour déguster et découvrir les produits de microbrasseurs lors du Festibière d'hiver.
Familles, touristes et citoyens de la région de la capitale fédérale se sont dirigés par milliers au parc de la Confédération pour admirer les nombreuses sculptures sur glace, voir les sculpteurs à l'oeuvre et assister au spectacle d'ouverture de Bal de Neige.
La température ressentie de -13 C n'a pas refroidi la bonne humeur des festivaliers qui, avec leur bâton luminescent portant l'emblème du 150e anniversaire de la Confédération, ont bougé et dansé aux rythmes de la musique de DJ Évana Müren, 10 ans, accompagnée par son père, DJ Carl Müren, ainsi qu'à ceux des chanteurs Karim Ouellet et Coleman Hell, notamment.
« Le party a officiellement commencé ! Tapez des mitaines, faites vibrer la capitale du Canada, que la fête commence !, a lancé l'animateur de la soirée avant le début du spectacle. Avec tout ce qui se passe ce soir, on ne vous laissera pas en plan ».
Rachel Lea et son mari, de Gatineau, étaient parmi les milliers de festivaliers au parc situé en plein coeur d'Ottawa pour célébrer le début du 39e Bal de Neige, et manger de la tire d'érable.
« Nous sommes ici pour écouter la musique, danser et s'amuser avec tout le monde, a indiqué Mme Rea. Nous venons chaque année. C'est l'fun, les gens s'amusent ».
Festibière d'hiver
Au Musée canadien de l'histoire, plus de 6000 personnes devraient passer les tourniquets de la 6e édition du Festibière d'hiver de Gatineau durant les deux jours de l'événement. Déjà, l'activité affiche complet pour samedi soir.
« Nous avons plus de 150 bières offertes, mais c'est aussi des cidres, des spiritueux, avec un mélange d'huîtres et de produits gourmets », a indiqué Alex Van Dieren, promoteur de l'événement, précisant que l'activité gagne constamment en popularité.
Glenn Bugg, d'Ottawa, est un fidèle du Festibière de Gatineau, été comme hiver.
« J'aime la bière, et j'aime la bonne bière », a-t-il laissé tomber en guise d'explication.
« J'aime bien explorer les nouvelles microbrasseries qui sont ici. J'en ai vu plusieurs au fil des ans. J'aime essayer de nouveaux produits et voir quels sont les nouveaux types de bières, que ce soit des brasseurs locaux, régionaux et provinciaux », a ajouté M. Bugg, qui voit l'expérience du Festibière comme un apprentissage.
Nicolas Cazelais, copropriétaire de la microbrasserie Gainsbourg et un des fondateurs du Festibière de Gatineau, souligne à double trait l'importance du Festibière d'hiver.
« C'est majeur. C'est une vitrine de l'industrie, a-t-il précisé. Les microbrasseries sont en plein essor. Nous sommes vraiment dans une phase de grand développement. Si on se compare avec la Californie, environ 60 % des bières consommées sont de microbrasseries. Ici, nous sommes entre 7 et 9 %. Dans le Vermont, ça se situe entre 35 et 40 % ».
Élodie Beauvais, responsable de l'événementiel à la Brasserie Les 2 Frères, de Terrebonne, a indiqué qu'un événement comme le Festibière d'hiver de Gatineau permet à l'entreprise de constater immédiatement la réaction du public aux produits.
« C'est une ambiance de travail vraiment agréable. Ça nous permet d'être en contact direct avec les consommateurs. On a vraiment le pouls à savoir si un produit est aimé, et si on a des améliorations à apporter », a expliqué Mme Beauvais, originaire de Gatineau.