Marc Bureau
Marc Bureau

Bureau ouvre la porte à un remaniement

Patrick Duquette
Patrick Duquette
Le Droit
Le maire Marc Bureau a ouvert la porte à un remaniement, lundi, le premier depuis son arrivée à la mairie de Gatineau. Le prétexte est de faire de la place au nouvel arrivé, Claude Millette, mais son cabinet pourrait en profiter pour écarter certains gêneurs.
«Il va falloir faire de la place pour le candidat qui vient d'être élu, il doit trouver son compte et sa place», a dit Marc Bureau en point de presse. Claude Millette a remporté la victoire par 13 voix lors de l'élection partielle de dimanche soir, dans le quartier de l'Orée-du-Parc.
Derrière le prétexte officiel, le remaniement masquerait des motivations plus obscures. En privé, des sources fiables avancent que le cabinet du maire Bureau veut écarter des indésirables et poster ses lieutenants à des postes-clefs, tout ceci à un an des élections municipales.
Depuis son élection en 2005, le maire Bureau n'a presque pas remanié la composition des commissions, qui font un peu office de ministères au niveau municipal. La nomination à un comité, ou mieux à une présidence, permet de bonifier le salaire de base.
Le maire adjoint Aurèle Desjardins pourrait être le premier à écoper lors d'un remaniement. De toute évidence, M. Desjardins n'est plus dans les bonnes grâces du maire qui délégue d'autres conseillers à sa place lors d'événements officiels. En outre, des rumeurs persistantes envoient M. Desjardins briguer la mairie contre M. Bureau à l'automne 2009. Le nom du conseiller de Masson-Angers, Luc Montreuil, figure parmi les remplaçants potentiels.
Le maire Bureau pourrait aussi être tenté de délester son bras droit à l'environnement, Patrice Martin. Celui-ci cumule trois postes importants depuis qu'il a hérité de la Société de transport de l'Outaouais après le départ de Louise Poirier. M. Martin préside aussi le conseil municipal et la commission de l'environnement, un dossier explosif qui avance sur la corde raide.
Le maire Bureau hésitera peut-être à retirer la présidence de l'environnement à Patrice Martin, de crainte que son geste soit interprété comme un désaveu.
Mais s'il le fait, il a un candidat tout désigné pour le remplacer. Alain Riel meurt d'envie de remplacer Patrice Martin à l'environnement. Le conseiller d'Aylmer a pris du galon en s'érigeant comme le défenseur de la forêt Boucher et est un allié indéfectible du maire.
Alain Riel ne cracherait sûrement pas non plus sur un poste au comité exécutif, où sont approuvés les contrats importants. Aucun conseiller d'Aylmer n'y siège, une lacune maintes fois décriée. «On verra bien», a dit le maire Bureau hier.
Pour faire de la place à Alain Riel, Marc Bureau devrait toutefois tasser Jocelyne Houle du comité exécutif. La conseillère de Buckingham y représente une présence gênante pour le maire. Le nom de Mme Houle revient régulièrement dans les rumeurs comme une adversaire potentielle à la mairie.