Environ 8000 personnes se sont rendues à l'aéroport de Gatineau au cours de la fin de semaine.

Bruit, fumée et boue à l'aéroport

Le week-end dernier à l'aéroport de Gatineau n'était pas celui dévolu aux plus romantiques d'entre nous ; il appartenait plutôt à la fumée, aux accidents spectaculaires, aux moteurs à explosion et aux chevaux-vapeur.
L'aéroport de Gatineau accueillait la deuxième édition du Tire de camions de Gatineau, samedi et dimanche. Tracteurs et mini-tracteurs modifiés, tracteurs super stock, camions à deux roues motrices, 4X4 modifiés et semi-remorques compétitionnaient pour l'occasion dans un déluge de bruits, de fumée et de boue. Dans les gradins : des mordus de puissance étaient accourus depuis Montréal et même d'Alberta, dans un cas, pour ne rien manquer des différentes prestations qui incluaient aussi un mini derby de démolition. 
Le président du Festival country du grand Gatineau, qui parraine l'événement, Michel Gervais, explique que dans 17 États américains, le tire de camions et autre derby sont même plus populaires que le hockey, comme activité de loisir.
De la mi-juin à la mi-septembre, chez nous, des mordus de la chose participent à une quinzaine de compétitions au Québec, en Ontario et au Nouveau-Brunswick. Des bourses sont remises aux gagnants à chaque rencontre. Ces propriétaires de véhicules investissent des sommes considérables pour modifier leurs engins. Certains camions ou tracteurs valent entre 75 000 $ et 100 000 $. Il n'y a plus de limites. Les bourses empochées de 400 $ à 1 000 $ sont presque symboliques, considérant les sommes colossales investies dans ces machines hors de proportion.
La seconde édition du week-end dernier était dotée d'un budget d'un quart de million de dollars et 70 bénévoles s'activaient sur les chantiers. Samedi, 5 800 personnes ont franchi la guérite, alors que des compétitions internationales avaient lieu ; dimanche, 2 000 personnes environ ont assisté aux différents défis sur pistes.
Les Québécois découvrent
Au Canada, la ville de Saint-Hyacinthe est La Mecque du tire de camion, mais Gatineau a su tirer son épingle du jeu en réussissant à organiser des compétitions pour les prochaines années, devant Moncton, qui avait aussi postulé.
« C'est un sport typiquement américain, explique Michel Gervais ; du côté québécois, c'est un peu nouveau. Les Québécois sont en train de découvrir le tire de camions. Notre clientèle, comme pour la musique country, est de plus en plus jeune. » 
La troisième édition de cet événement aura lieu le week-end après la Fête du Canada, l'an prochain, avec un derby de démolition de plus grande envergure, nous promet-on ; celui de cette année étant plutôt expérimental.
Jacques-Normand Sauvé, Le Droit