L'avis d'ébullition touche presque tout le secteur Hull.

Bris d'aqueduc: la cause inconnue, la durée des travaux indéterminée

Les autorités municipales gatinoises ignorent toujours ce qui a causé le bris d’une conduite maîtresse ayant forcé l’imposition d’un avis préventif d’ébullition de l’eau pour la quasi-totalité du secteur Hull. Le maire Maxime Pedneaud-Jobin réitère toutefois l’importance de rattraper «40 ans de négligence» dans les infrastructures.

Le cadran venait à peine d’afficher 5h30, mardi matin, quand la Ville de Gatineau a émis un avis préventif d’ébullition de l’eau pour quelque 24 500 adresses du secteur Hull. Cela concerne presque tout le secteur Hull, à l’exception du district du Plateau et de quelques petites zones.

Voici plusieurs photos prises par notre photographe Patrick Woodbury mardi matin:

La chaussée s'est affaissée à plusieurs endroits à la suite du bris d'une conduite d'aqueduc.

En fin d’avant-midi, la Ville a diffusé un communiqué pour demander aux citoyens du secteur Hull de diminuer leur consommation d’eau. « L’utilisation écoresponsable de l’eau permettra à la Ville de remplir ses réservoirs, ont précisé les autorités municipales. Si chacun fait un effort pour économiser l’eau potable, il y aura suffisamment d’eau dans les réserves pour répondre aux besoins de la population. »

Trou béant

Un trou béant d’environ 15 pieds par 30 pieds était visible sur le boulevard Alexandre-Taché, près de la rue du Roussillon, mardi matin. L’importante artère demeurait fermée à la circulation, dans les deux directions, entre les rues Boucherville et Hormidas-Dupuis.

De nombreux employés municipaux étaient sur place avec de la machinerie lourde, mardi avant-midi, alors que la fuite n’était pas encore colmatée. De l’eau s’écoulait encore jusqu’à la rue Belleau, tandis que des morceaux de bitume jonchaient le sol à plusieurs endroits.

« On se doute que ce n’est pas causé par des travaux, parce qu’il n’y avait pas de travaux ici, mais on ne sait pas ce qui s’est passé en dessous du sol, a indiqué le maire Pedneaud-Jobin en milieu d’avant-midi. Là, les travaux visent à dégager l’endroit où ça s’est produit pour avoir une idée de l’étendue des dégâts, et c’est ça qui va nous permettre de dire combien de temps ça va prendre avant de réparer ça. »

Même si la cause du bris n’était toujours pas connue, Maxime Pedneaud-Jobin a rappelé qu’il importe d’améliorer les infrastructures souterraines, à Gatineau comme ailleurs, en raison de « 40 ans de négligence » dans les investissements en la matière.

« Les gens nous disent qu’il y a un rattrapage dans l’asphalte à faire. C’est vrai, mais il y a aussi le sous-sol, a-t-il précisé. [Les infrastructures] c’est 1,3 milliard $ de rattrapage à faire, juste pour Gatineau. Ce n’est pas juste de la théorie. Ce sont des infrastructures cassées et vieillissantes. »

La zone touchée par l'avis de faire bouillir l'eau.

La conduite d’aqueduc située sur le boulevard Alexandre-Taché a été installée en 1970. Bien qu’elle ait été installée il y a près de 50 ans, la conduite d’alimentation d’eau du boulevard Alexandre-Taché est beaucoup moins âgée que celle qui se situe sous le boulevard Saint-Joseph qui a été installée en 1935. Cette dernière sera d’ailleurs remplacée lors des travaux de réfection qui se dérouleront au printemps.

Dans le cas de la conduite d’aqueduc du boulevard Alexandre-Taché, la Ville a annoncé qu’elle ne prévoit pas la remplacer avant encore quelques années puisque ce type d’équipement a une durée de vie qui peut s’étendre jusqu’à 100 ans.

La durée des travaux nécessaires sur le boulevard Alexandre-Taché est évaluée « en termes de jours », mais rien n’est encore définitif. La section du réseau d’aqueduc ayant été touchée a pu être isolée pendant la nuit de lundi à mardi, de sorte que les résidents qui n’avaient plus du tout d’eau lundi soir ont de nouveau pu s’alimenter à partir de leurs robinets, tout en respectant l’avis d’ébullition.

La priorité a été accordée à l’Hôpital de Hull, au Centre hospitalier Pierre-Janet et aux institutions affectées, a précisé le maire. Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais a assuré que de l’eau embouteillée est fournie dans ses établissements touchés par l’avis d’ébullition.

Le directeur général adjoint aux infrastructures urbaines et à l’environnement de la Ville, André Turgeon, a confirmé que 11 résidences ont été inondées. Du lot, deux ont été évacuées par les autorités. Aucune demande n’avait été présentée à la Croix-Rouge, en avant-midi.

M. Turgeon ne pouvait dire, mardi matin, à quel moment le courant électrique et l’alimentation en gaz pourraient être rétablis. Le maire a précisé que l’évaluation des dommages devra bien sûr prendre en considération l’état de la chaussée, mais aussi de tout ce qui se trouve en dessous.

Plusieurs écoles de la Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais (CSPO) sont fermées pour la journée en raison de l'avis préventif d'ébullition de l'eau. Elles rouvriront leurs portes mercredi.