Les relations sont tendues entre la Municipalité de Saint-Mathieu-du-Parc et les gestionnaires de la Cabane chez Nathalie.

Bras de fer concernant la Cabane chez Nathalie

Saint-Mathieu-du-Parc — Le moins que l’on puisse dire, c’est que les relations sont tendues entre la Municipalité de Saint-Mathieu-du-Parc et les gestionnaires de la Cabane chez Nathalie.

Le conjoint de la chanteuse Nathalie Simard et gestionnaire de l’endroit, Lévis Guay, soutient qu’il commence à en avoir assez de l’acharnement de l’administration municipale à leur endroit. Il déplore notamment que la mairesse Josée Magny prenne la parole publiquement afin d’annoncer que l’établissement a été vendu. 

Selon M. Guay, cette transaction – en vertu de laquelle la cabane est passée aux mains d’un nouveau propriétaire pour la somme de 350 000 $ – remonte à l’automne dernier et elle s’inscrit dans un processus de restructuration de l’entreprise après que de nouveaux partenaires financiers, dont l’homme d’affaires montréalais Vittorio Masciotra, se soient joints à eux. Il tient à préciser que leurs nouveaux partenaires ne sont propriétaires que de la bâtisse et que Mme Simard et lui sont toujours responsables de la gestion et des opérations de l’endroit.

«On commence à être tannés. Tout ce que l’on veut, c’est pouvoir opérer et avoir une collaboration avec la municipalité. Mais je laisse des messages et personne ne me rappelle. C’est rendu de l’acharnement. À un moment donné, il faut nous laisser travailler. Et le fait qu’elle (la mairesse) pousse ça dans les médias juste avant la saison, je trouve ça ordinaire. C’est parce que c’est nous et ça nous nuit», lance M. Guay.

Il mentionne qu’il n’a jamais senti d’ouverture de la part de la nouvelle mairesse, et ce, depuis plusieurs années. Alors qu’elle était conseillère, M. Guay considère qu’elle avait même fait preuve de mépris à son égard lorsque la tenue d’une foire champêtre sur les terrains de l’établissement en période estivale avait soulevé la grogne chez certains citoyens.

«Nous avions été rencontrer le conseil et c’était la seule qui était bête avec nous. C’était incroyable le manque de tact dont elle faisait preuve. Et là, elle est mairesse», laisse tomber M. Guay.

La mairesse de la petite localité se défend de mettre systématiquement des bâtons dans les roues des gestionnaires de l’ancienne cabane chez Hill. Elle indique qu’elle a simplement répondu à une question d’un citoyen lors de la dernière séance du conseil municipal concernant la récente vente de la cabane à sucre. Elle précise de plus que l’actuel propriétaire a clairement indiqué que la Municipalité devra dorénavant s’adresser à lui pour discuter de dossiers relatifs à sa nouvelle propriété. Cette réponse a été envoyée à la Municipalité après que cette dernière eut demandé une procuration qui confirmerait que Lévis Guay était la personne avec qui elle devait communiquer, et ce, même s’il n’est plus le propriétaire.

«Qu’ils soient encore les gestionnaires ou les gérants de la Cabane, c’est une chose. Mais quand on me demande si la Cabane est vendue, je ne peux pas dire non», dit-elle.

Relativement à ces allégations, M. Guay reconnaît que son partenaire d’affaires et propriétaire de la Cabane n’a pas envoyé de procuration à la Municipalité. Mais il indique qu’il a agi de la sorte car la communication est difficile entre l’administration municipale et le couple Guay-Simard. Cette décision avait donc été prise afin de faciliter les discussions selon M. Guay.