Bob Chiarelli rencontrait ses militants, samedi, lors de son investiture comme candidat libéral dans Ottawa-Ouest — Nepean.

Bob Chiarelli, «prudemment optimiste»

La toute dernière assemblée d’investiture libérale des huit circonscriptions électorales provinciales de la région d’Ottawa avait lieu, samedi midi, à Nepean, en présence de la première ministre Kathleen Wynne.

La reconduction automatique du vétéran Bob Chiarelli, ministre de l'Infrastructure, s’est déroulée sans heurts et sans annonces majeures, mais deux mots, choisis avec précaution, ont ponctué le discours du candidat d’Ottawa-Ouest — Nepean: «prudemment optimiste».

«Et vous réalisez tous que nous sommes devant une dure campagne électorale. Il y a 13 ou 14 mois, tout était sombre et aujourd’hui, nous pouvons être prudemment optimistes (cautiously optimistic) quant à la possibilité de former un nouveau gouvernement, mais — et c’est un gros ‘‘mais’’ — nous utiliserons chaque once d’engagement de chaque Libéral pour faire en sorte que ça marche», s’est risqué à avouer aux supporters présents, Bob Chiarelli, qui en a vu d’autres dans sa longue carrière politique. 

Avec six victoires électorales en carrière, comme député provincial, l'ex-maire d'Ottawa, Bob Chiarelli, réclame, contre vents et marées, une septième chance.

Une situation atypique

Les pronostics sont peu encourageants pour les libéraux: le plus récent sondage de l’heure, celui de vendredi dernier, par la firme Recherche Mainstreet, vient rendre la course électorale plus étrange encore, en ce que les progressistes-conservateurs sont toujours en tête des intentions de vote (50,3% des appuis), mais c’est la chef des néo-démocrates, Andrea Horwath, qui obtient la meilleure note en tant que leader politique. 

Kathleen Wynne y perd donc sur les deux fronts. Le Parti libéral récolte, en tout, moins de la moitié des intentions de vote destinées aux Conservateurs avec un maigre 23,9% des appuis.

Huit budgets équilibrés en 40 ans

Bob Chiarelli en a profité pour rappeler aux militants présents qu’en 40 ans de gouvernements, l’Ontario n’avait assisté qu’à huit budgets équilibrés: cinq sous des gouvernements libéraux et trois sous des conservateurs. En 14 ans de pouvoir, a-t-il rappelé, Bill Davis, l’ancien premier ministre progressiste-conservateur n’a jamais réussi à équilibrer ses budgets, mais au moins a-t-il eu l’excuse d’avoir contribué au développement et à la croissance de l’Ontario, «mais Doug Ford n’est pas Bill Davis», a laissé tomber M. Chiarelli.

Sourire en coin, Bob Chiarelli disait être récemment tombé sur une publicité postale de la candidate conservatrice dans Nepean-Carleton, Lisa MacLeod, qui se vantait d’avoir contribué à l’ouverture de 20 écoles en Ontario. 

«Elle a peut-être coupé les rubans, mais c’est Kathleen Wynne qui a posté les chèques», s’est-il amusé.

Les soins vs les compressions

Du côté de la première ministre Wynne, on semble vouloir organiser le discours électoral libéral autour de la nouvelle maxime «Care over cuts» (des soins, pas des compressions). 

Au lendemain du récent budget libéral, Doug Ford s’était indigné en disant des libéraux que «tout ce qu’ils font, c’est taxer, taxer, taxer, dépenser, dépenser, dépenser». 

Le camp Wynne avait tôt fait d’associer les futures années conservatrices au démantèlement systématique des institutions par des compressions sauvages, et c’est autour de cette idée que graviteront les prises de bec entre libéraux et conservateurs durant la prochaine campagne: services contre compressions.

Kathleen Wynne a donc de nouveau défendu son programme de frais de garde gratuits (un engagement de 2,2 milliards $ sur trois ans) et le milliard $ de plus consacré à l’entretien des maisons des aînés.

L’assemblée d’investiture de samedi se déroulait dans une pièce attenante à une salle de billard du centre commercial Merivale.

«Une première pour moi, a blagué la première ministre; je n’avais jamais encore participé à une assemblée politique dans une salle de pool

La première ministre ontarienne salue ses militants, qui étaient réunis au centre commercial Merivale, samedi.