Baisse des références au Centre Carmen

Caroline Barrière
Caroline Barrière
Le Droit
Le Centre Carmen observe depuis quelques semaines un ralentissement du nombre de femmes qui lui sont référées par l'Hôpital de Gatineau.
Depuis 2005, cet organisme propose des soins complémentaires pour les personnes malades et les femmes aux prises avec un diagnostic du cancer du sein. Par l'entremise du programme Le Pont, il leur offre soutient, réconfort et informations avant que ne débutent leurs traitements à l'Hôpital de Gatineau.
Son centre de jour en oncologie offre des sessions de thérapie par les arts, des soins de massothérapie et des rencontres auprès d'une infirmière spécialisée.
En 2007, 175 femmes de l'Outaouais ont été référées au Centre et une centaine ont joint le programme Le Pont.
L'automne dernier, Guylaine Filion, directrice et infirmière détenant une certification canadienne en oncologie, l'a présenté à des infirmières en oncologie de la grande région de Montréal. Les hôpitaux Maisonneuve-Rosemont et Notre-Dame se sont dits très intéressés par son approche.
Mais depuis le début du mois, elle note une baisse du nombre de femmes qui font appel à ses services.
« On constate un ralentissement en décembre au niveau des préadmissions du CSSS de Gatineau. Je n'ai toutefois pas d'explications pour préciser ce qui se passe. Habituellement, on reçoit les références un mois à l'avance et en ce moment, on n'en a pas assez pour monter un groupe en janvier. Il y a peut-être un ralentissement au niveau du bloc opératoire mais ce n'est qu'une hypothèse parmi d'autres », a avancé Mme Filion.
Nouvel arrangement
De son côté, le Centre de santé et de services sociaux de Gatineau (CSSSG) a fait savoir que la baisse du nombre de références qui a été observée au cours des dernières semaines était désormais réglée.
« Nous avons conclu un nouvel arrangement administratif concernant le formulaire du Centre Carmen et les choses sont rentrées dans l'ordre », a soutenu Sylvain Dubé, porte-parole du CSSSG.
Don de 60 000 $
Hier, Annie Perreault, présidente de la Fondation Carmen, a souligné l'importance d'un don de 60 000 $ de la Banque CIBC pour les activités des prochaines années.
Le Centre ne reçoit aucune aide financière des gouvernements.
« Cette somme est un gros coup de pouce pour le réseau de la santé. C'est de bon augure pour l'avenir. On n'est déjà pas assez nombreux pour travailler de manière isolée. On doit tous travailler ensemble », a-t-elle dit.