La garde rapprochée de Maxime Pedneaud-Jobin a fait savoir, lundi, que le maire ne s’adresserait pas aux médias avant la journée de jeudi qui est réservée aux débats politiques sur le budget.

Augmentation des dépenses et hausse de taxes au menu

Le budget 2018 de la Ville de Gatineau, s’il est adopté tel qu’il a été présenté, lundi, lors de la première des quatre journées d’étude à la table du conseil, présentera la plus importante hausse des dépenses des cinq dernières années.

Cela fait d’ailleurs déjà grincer les dents de quelques élus indépendants qui dénoncent la bonification de certains services comme le retour possible d’un programme de subvention pour des couches lavables, ainsi que la reprise de la distribution gratuite de compost. 

Le budget 2018 doit atteindre 599,8 millions $. Il s’agit d’une hausse des dépenses de 3,8 % par rapport à l’an passé, alors que la Ville de Gatineau avait affiché la plus petite hausse des dépenses (2,3%) de son histoire. Dans les faits, il s’agit d’une augmentation de 22 millions $, notamment en raison de l’accroissement de la masse salariale, de la croissance de la Ville et de la contribution municipale à la Société de transport de l’Outaouais (STO).

Comme c’est le cas depuis l’arrivée au pouvoir du chef d’Action Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, les Gatinois doivent de nouveau s’attendre à une hausse des taxes de 2,9 % en 2018. Cette augmentation comprend la hausse de 1% pour la taxe dédiée aux infrastructures. 

Bonification de services

Là où le budget 2018 proposé par le maire Pedneaud-Jobin et son comité exécutif diffère des derniers, c’est dans la bonification de services qui y est proposée. Cette augmentation était environ d’un million $ par année depuis la fusion municipale. Cette bonification se chiffre, pour 2018, à 1,68 million $. 

Une dizaine de bonifications sont proposées au conseil municipal. Elles feront toutes l’objet d’une présentation mardi après-midi, et mercredi matin. Elles vont, par exemple, d’un fonds d’animation pour les anciens centres-villes de 250 000 $, au retour du programme de compost gratuit, une dépense de 25 000 $. 

La garde rapprochée de Maxime Pedneaud-Jobin a fait savoir, lundi, que le maire ne s’adresserait pas aux médias avant la journée de jeudi qui est réservée aux débats politiques sur le budget. Le vice-président du comité exécutif et membre d’Action Gatineau, Cédric Tessier, s’est pour sa part contenté d’affirmer qu’il croit que la proposition budgétaire « va rallier une majorité d’élus autour de la table ».  

Le président du conseil, Daniel Champagne, a déjà fait savoir qu’il allait s’opposer à dépenser de l’argent public pour offrir du compost gratuit aux citoyens et pour subventionner un programme de couches lavables. « J’ai frappé à 3500 portes en campagne et personne ne m’a fait état qu’il fallait ramener un tel programme, a-t-il indiqué. De manière globale, ce qui est proposé me semble bon. Selon moi, le programme du maire est un point de départ, mais ça ne veut pas dire qu’on doit l’approuver systématiquement. » Ce dernier souhaite d’ailleurs que le conseil fasse plus d’efforts que ce qui est prévu pour améliorer son offre vélo. 

La conseillère Louise Boudrias a aussi laissé entendre que les bonifications de services proposées dans le budget 2018 étaient trop généreuses. Cette dernière s’est aussi rapidement positionnée après l’élection pour une hausse des taxes plus faible que ce qui est proposé pour 2018.

Le budget 2018 de la Ville de Gatineau

  • Budget de 599,8 M $
  • Augmentation de taxes: 2,9 % (incluant 1% de la taxe dédiée aux infrastructures)
  • Augmentation des dépenses par rapport à 2017: +3,8 %


Dépenses par secteur d’activité

  • Police et sécurité incendie: 106,8 M $ (17,8%)
  • Travaux publics: 98 M $ (16,3%)
  • Immobilisations payées comptant: 65,4 M $ (10,9 %)
  • Transport en commun 62,9 M $ (10,5 %)
  • Service de la dette: 62,9 M $ (10,5%)
  • Administration générale: 61,4 M $ (10,2%)
  • Environnement: 43,4 M $ (7,3 %)
  • Loisirs, sports, arts et culture: 40,6 M $ (6,8 %)
  • Autres dépenses: 31,4 M $ (5,4 %)
  • Urbanisme et infrastructures: 27 M $ (4,5 %)