Paulette Lalande, qui s’est retirée de la vie politique, est déçue de voir qu’aucune femme ne siégera à la MRC.

Aucune élue dans la MRC Papineau

C’est un conseil des maires entièrement constitué d’hommes qui dirigera les rênes de la MRC de Papineau ces quatre prochaines années, une situation unique en Outaouais si on compare avec les autres Municipalités régionales de comté de la région.

Les 24 municipalités de la MRC de Papineau ont désormais à leur tête un maire. Paulette Lalande (Plaisance), Thérèse Whissell (Saint-André-Avellin) et Françoise Giroux (Fassett) ont quitté la vie politique et n’ont pas été remplacées par des femmes. 

Pour leur part, les candidates à la mairie Valérie Pelletier (Montpellier), Diane Cossette (Boileau) de même que Josée Simon (mairesse sortante), Louise Boudrias engagées dans la course à Lac-des-Plages, ont mordu la poussière aux suffrages.

Pour la préfète sortante de la MRC de Papineau, Paulette Lalande, les résultats de dimanche représentent un « important recul » pour la place des femmes en politique, du moins dans la Petite-Nation. 

« Je suis extrêmement triste de constater ces résultats. Je m’attendais au moins à ce qu’il y ait une couple de femmes. C’est sûr que ce sont les femmes qui choisissent de se présenter ou pas et ce sont les électeurs qui votent, mais c’est décevant », affirme Mme Lalande.

« C’est important qu’il y ait des femmes autour d’un conseil, surtout au niveau d’une MRC, renchérit celle qui a été mairesse de Plaisance de 1997 à 2017 et qui achèvera son mandat de préfète dans deux semaines, lors de la première assemblée du nouveau conseil des maires de Papineau. On représente tout un territoire. La position des femmes est complémentaire à la position des hommes. »

Échanges respectueux

L’absence de politiciens de sexe féminin autour de la table des élus changera inévitablement l’ambiance, estime Mme Lalande.

« Ça peut changer les rapports au niveau de la MRC. Souvent, le fait d’avoir des femmes à l’intérieur d’un conseil, ça atténue les échanges qu’on peut avoir. La question de respect est plus présente quand il y a des femmes. Quand je suis arrivée il y a 20 ans, on m’a dit pas longtemps après que le ton avait changé et que c’était plus respectueux », dit-elle.

Paulette Lalande espère que les résultats de dimanche ne seront pas garants de l’avenir. Selon elle, il faut continuer de mousser l’implication de la gent féminine en politique municipale, particulièrement en milieu rural. 

Celle qui cumule 35 ans d’enseignement dans son bagage d’expérience n’écarte d’ailleurs pas la possibilité dans le futur d’offrir de la formation à cet égard. « J’aimerais un jour aller dans les régions pour inciter les femmes à se présenter en politique. Mon vœu, ce serait de donner des cours et le jour où je me déciderai, je vais appeler la Fédération québécoise des municipalités pour le faire », souligne-t-elle.

Dans les autres MRC

En termes de représentativité des femmes dans le reste de l’Outaouais rural, dans la MRC des Collines-de-l’Outaouais, trois des municipalités du territoire seront dirigées par des femmes. Madeleine Brunette (Cantley), Caryl Green (Chelsea) et Joanne Labadie (Pontiac) ont obtenu la confiance de leurs électeurs, dimanche soir.

Francine Fortin (Maniwaki), Julie Jolivette (Bois-Franc), Jocelyne Lyrette (Grand-Remous) et Carole Robert (Low) sont les quatre mairesses qui ont triomphé dans la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau. Les gens de cette MRC ont également choisi Chantal Lamarche comme préfète. 

Dans la MRC de Pontiac, elles sont six femmes à avoir remporté la mairie : Colleen Larivière (Litchfield), Kim Cartier-Villeneuve (Otter Lake), Lynne Cameron (Portage-du-Fort), Sandra Murray (Shawville), Doris Ranger (Sheenboro) et Karen Daly Kelly (Thorne). Jane Toller a été élue préfète de cette MRC.