Le président de la Chambre de commerce de Gatineau, Pierre Samson

Attention à l’endettement, prévient la Chambre de commerce

Le plan d’aide de 2,5 milliards $ annoncé, jeudi, par le ministre québécois de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, est une « bonne première étape » compte tenu de l’urgence de la situation, mais il cache un danger pour plusieurs PME, estime la Chambre de commerce de Gatineau (CCG).

« Toute l’aide destinée à nos entreprises est bonne », insiste le président de la CCG, Pierre Samson. Le comptable de profession voit cependant dans le plan d’aide de Québec un risque à plus long terme que plusieurs entreprises ne devraient pas minimiser.

« Québec a privilégié une approche par prêts, dit-il. Les entreprises qui en auront besoin pourront aller chercher de la liquidité pour traverser la crise, mais un moment donné, ça va les rattraper. Ce sont des prêts et ils devront un jour être remboursés. Les PME sont déjà très endettées. »

La CCG dit souhaiter que l’aide future qui pourrait être offerte par Québec se rapproche plus de la formule mise de l’avant par le fédéral. « Ottawa offre des subventions non remboursables, note M, Samson. C’est à mon avis une aide plus intéressante. »

Réfléchir à la sortie de crise

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a annoncé plus tôt, cette semaine, la création d’un groupe d’action économique qui réunit tous les acteurs du milieu. Tourisme Outaouais y joue un rôle important, notamment parce qu’elle bénéficie de plusieurs outils pertinents pouvant être pertinents en ce moment, et aussi parce que l’industrie du tourisme sera l’une des plus malmenées par la crise.

« Là, il faut s’occuper des enjeux de santé, mais il faut aussi s’occuper de la relance de notre économie, affirme la directrice de Tourisme Outaouais, France Bélisle. On est unanime qu’il faut commencer dès maintenant à structure nos idées et nos stratégies pour rebondir quand le moment de la relance sera venu. »