La maire de Chelsea, Caryl Green.

Aqueduc et égout: Chelsea obtient le feu vert

Les résidents de Chelsea sont nombreux à crier victoire puisque le projet de réseau d'aqueduc et d'égout ira de l'avant. La municipalité a reçu, hier, l'aval du ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire (MAMROT) pour la construction de son nouveau réseau.
Le secteur centre-village est aux prises avec un problème d'approvisionnement en eau potable.
Des propriétaires sont obligés de faire la vidange de fosses scellées deux à trois fois par semaine, ce qui engendre des coûts importants pour les résidents et gens d'affaires.
De plus, plusieurs citoyens doivent boire de l'eau embouteillée. C'est le cas, entre autres, des élèves et du personnel de l'école Chelsea Elementary.
De son côté, le Centre Meredith doit payer une facture mensuelle de 11 500 $ pour la vidange des fosses septiques et l'approvisionnement en eau potable.
Toutefois, cette situation sera bientôt chose du passé.
Chantier de 12 à 15 mois
La mairesse, Caryl Green, souhaite que les travaux débutent le plus rapidement possible. Elle assure que la directrice générale de Chelsea va enclencher les démarches rapidement en plus de dresser un échéancier pour les travaux. Les quatre contrats ont déjà été octroyés. La municipalité doit contacter les entreprises afin de redémarrer le processus.
Le chantier s'échelonnera sur une période de 12 à 15 mois et coûtera 23 millions $.
« Ce sera un chantier majeur. On devra gérer tout ça avec les commerçants et les résidents pour nuire le moins possible aux gens », indique Mme Green.
Selon la mairesse, plus de la moitié des infrastructures étaient non conformes, d'où l'importance d'agir pour protéger l'environnement et la santé des résidents.
Le projet comprend des réseaux de collecte des eaux usées et de distribution d'eau potable dans le secteur centre-village. Ces améliorations permettront de corriger des problèmes de pollution, notamment dans le ruisseau Chelsea, et d'approvisionnement en eau.
Des citoyens et commerçants ont organisé une « dégustation de l'eau de Chelsea » devant l'édifice abritant les bureaux du MAMROT, lundi dernier. Les manifestants voulaient, par ce geste, montrer leur mécontentement et dénoncer la lenteur du gouvernement dans le dossier.
Caryl Green est d'avis que ce moyen de pression a su démontrer qu'il y avait un appui des citoyens et un grand besoin en infrastructures dans sa municipalité.
Rappelons que Chelsea était en attente des approbations du MAMROT en raison de plaintes formulées en 2012 par des promoteurs et des citoyens concernant le processus référendaire lié aux règlements d'emprunt de ce projet.
L'enquête du Directeur général des élections s'est terminée en avril dernier.