Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le maire de Lac-des-Plages, Louis Venne
Le maire de Lac-des-Plages, Louis Venne

Annexion de Lac-des-Plages: la MRC des Laurentides dit non à une étude de faisabilité

Benoit Sabourin
Benoit Sabourin
Le Droit
Article réservé aux abonnés
La Municipalité de Lac-des-Plages, qui avait déjà tenté sans succès au début des années 2000 une première démarche pour être transférée de la Municipalité régionale de comté (MRC) de Papineau vers celle des Laurentides, vient d’essuyer un nouveau revers.

La tentative initiée dans les derniers mois par l’administration de Lac-des-Plages pour demander une étude de faisabilité auprès du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation du Québec dans le but d’éventuellement être annexée à la MRC voisine a échoué.

La MRC des Laurentides vient de rejetter la demande conjointe qui devait obtenir le sceau des élus de Lac-des-Plages et des conseils des maires de la MRC de Papineau et des Laurentides.

«Après analyse, le Conseil des maires de la MRC des Laurentides n’ira pas de l’avant avec une étude de faisabilité pour la demande d’adhésion de la municipalité de Lac-des-Plages», a indiqué au Droit mardi la directrice générale de la MRC des Laurentides, Nancy Pelletier, par voie de courriel, sans donner davantage de précisions.

En décembre, les premiers magistrats du conseil des maires de la MRC de Papineau ont voté en faveur d’une étude de faisabilité pour analyser les impacts d’une éventuelle adhésion de Lac-des-Plages au territoire de la MRC voisine. 

Le conseil municipal de Lac-des-Plages attendait la réponse de la MRC des Laurentides avant d’adopter sa propre résolution. C’est le journaliste du Droit qui a appris la décision de la MRC des Laurentides au maire de Lac-des-Plages, Louis Venne, mardi matin.  

«Je ne baisserai pas les bras. Ce sera juste plus long. Je veux attendre d’avoir plus de détails directement de la part de la MRC (des Laurentides), mais je suis pas surpris de leur décision. Je m’y attendais» a réagi M. Venne, lors d’une entrevue téléphonique. 


« On a toujours pensé que les Laurentides était notre territoire d’appartenance. »
Louis Venne, maire de Lac-des-Plages

Une erreur de découpage territorial, selon le maire

Ce dernier a été maire de Lac-des-Plages de 1985 à 2005 avant d’être réélu à la barre de la municipalité en 2017. Il a toujours milité pour que Lac-des-Plages quitte la MRC de Papineau et par le fait même la région administrative de l’Outaouais. 

Depuis la création et le découpage territorial des MRC par le gouvernement du Québec, en 1983, que Lac-des-Plages aurait dû être intégrée aux Laurentides, estime le premier magistrat. 

«On a toujours pensé que les Laurentides était notre territoire d’appartenance. Si on faisait une étude, je suis convaincu que 80% de nos résidents travaillent dans les Laurentides. Tous nos enfants du primaire vont à Amherst, dans les Laurentides. Au niveau de la commission scolaire, on fait partie des Laurentides. Au niveau des soins de santé, la majorité de notre population se fait soigner dans les Laurentides. Nous n’avons pas beaucoup d’affinités avec nos voisins du Sud. Depuis que je suis arrivé en poste en 1985, j’ai blâmé mon prédecesseur qu’il n’avait pas fait son job lors de la formation des MRC en 1983. On nous avait dit à l’époque d’attendre et que des correctifs seraient faits si nécessaire, mais on ne veut encore rien changer», clame M. Venne.

Cette démarche visant à lancer une étude de faisabilité pour annexer Lac-des-Plages à la MRC des Laurentides a été déployée dans la foulée du processus actuellement en cours impliquant Notre-Dame-de-la-Salette, souligne M. Venne. 

Une étude d’opportunité sur l’annexion de Notre-Dame-de-la-Salette à la MRC de Papineau est sur la table du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation du Québec depuis 2019. Notre-Dame-de-la-Salette se trouve présentement sur le territoire de la MRC des Collines-de-l’Outaouais. 

À LIRE AUSSI: Changement de MRC: Notre-Dame-de-la-Salette s’impatiente