La direction générale du RLISS de Champlain était vacante depuis la nomination d'Alex Munter à la tête du Centre hospitalier pour enfants de l'Est de l'Ontario (CHEO), en octobre dernier.
La direction générale du RLISS de Champlain était vacante depuis la nomination d'Alex Munter à la tête du Centre hospitalier pour enfants de l'Est de l'Ontario (CHEO), en octobre dernier.

Alex Munter sacré francophile de l'année

Daniel Leblanc
Daniel Leblanc
Le Droit
Le travail de l'ex-conseiller municipal d'Ottawa et pdg du Centre hospitalier pour enfants de l'Est de l'Ontario (CHEO), Alex Munter, a été souligné mardi soir, lors de la cérémonie des Prix de la francophonie de l'Ontario.
L'avocat et notaire Gérard Lévesque et l'artiste Danielle Blais ont également vu leur contribution à la vitalité de la langue de Molière soulignée à Toronto, alors que s'achevait le Jour des Franco-Ontariens.
Lors d'un bref entretien avec LeDroit, l'ancien politicien cachait difficilement sa fierté d'être récipiendaire du prix du Francophile de l'année. «C'est vraiment un grand honneur. Ça m'a beaucoup touché. Et on peut dire qu'il s'agit d'une belle surprise, parce que ce sont des amis qui ont soumis ma candidature. Je travaille depuis plus de 20 ans à offrir des services de qualité aux francophones. D'un point de vue personnel, ce qu'il y a d'important à retenir, c'est qu'il s'agit de bien plus qu'un outil de communication, c'est une fenêtre sur le monde, une culture. Je considère que ma vie s'est enrichie en ayant eu l'occasion d'apprendre le français», a lancé le candidat défait aux élections municipales de novembre 2006.
L'homme de 44 ans, dont les parents immigrants lui ont inculqué dès l'enfance le respect des deux communautés linguistiques du pays, avait mérité un honneur semblable il y a neuf ans, gracieuseté de l'Association canadienne-française de l'Ontario.
«Travail inlassable»
La ministre déléguée aux Affaires francophones, Madeleine Meilleur, a tenu à souligner le grand travail de M. Munter. «Alex a accompli un travail inlassable depuis bon nombre d'années avec les francophones, que ce soit au sein de son quartier à ses débuts ou à l'hôtel de ville plus tard et dans le monde de la santé aujourd'hui.»
Le Prix de la francophonie a été mis sur pied par le gouvernement ontarien en 2006 afin de souligner les deux décennies d'existence de la Loi sur les services en français
Ce prix bisannuel est octroyé à à un francophone, un francophile ainsi qu'un jeune francophone ou francophile de moins de 25 ans oeuvrant à promouvoir la langue française et la culture francophone.