Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La marche à pied n’a plus de secret pour Peter et Doreen Vasseur, deux septuagénaires de Gatineau. En à peine un an, le couple compte à son actif plus de 4000 km parcourus.
La marche à pied n’a plus de secret pour Peter et Doreen Vasseur, deux septuagénaires de Gatineau. En à peine un an, le couple compte à son actif plus de 4000 km parcourus.

4000 km à pied, ça use, ça use

Ani-Rose Deschatelets
Ani-Rose Deschatelets
Le Droit
Article réservé aux abonnés
La marche à pied n’a plus de secret pour Peter et Doreen Vasseur, deux septuagénaires de Gatineau. En à peine un an, le couple compte à son actif plus de 4000 km parcourus.

«Les gens du voisinage nous voient passer tous les jours!», affirme candidement au Droit Doreen Vasseur, âgée de 72 ans. Elle et son mari, âgé pour sa part de 73 ans, pratiquent la marche à pied pour garder la forme, mais aussi simplement par pur plaisir, à raison d’au moins 10 km par jour, du lundi au dimanche.

Le couple n’avait jamais porté une attention particulière aux nombres de kilomètres parcourus quotidiennement, jusqu’à tout récemment. «L’autre jour, j’ai pensé regarder sur ma montre pour voir on était rendus à combien de kilomètres pour l’année», explique Peter Vasseur. «À la fin du mois de novembre, on était à 4049.8 km!» 

M. et Mme Vasseur se sont dotés d’une routine assidue, allant du kilomètre de routine d’après déjeuner, à l’expédition de plusieurs heures en après-midi, pour en arriver à cette distance impressionnante. «On marche tous les jours, sauf quand il pleut beaucoup. Qu’il fasse chaud ou froid, on a toujours marché. On s’habille comme il faut, et on part!», précise Mme Vasseur. «On est tellement fiers. On est contents d’avoir la santé et de pouvoir faire ça à notre âge et de ne pas avoir de mal de dos, de mal de jambes, ou tous les petits bobos qu’il y a aujourd’hui. On va continuer encore, c’est sûr et certain.» 


« Si tu ne grouilles pas, tu vas rouiller! »
Peter Vasseur

Pour les deux anciens marathoniens, la marche permet de s’évader du train-train de tous les jours, surtout avec cette année difficile qu’a été 2020, à cause de la pandémie de COVID-19. Ils ont d’ailleurs dû mettre une croix sur certains de leurs événements de prédilection, comme le marathon d’Ottawa ou la course Army Run. «Durant nos marches, on rencontre souvent des couples qui ont commencé à marcher depuis que la COVID est là. On les encourage, c’est vraiment intéressant de les voir. On leur dit toujours bonjour, des fois c’est un beau sourire et c’est toujours positif.»    

Peter et Doreen Vasseur

En effet, même si marcher peut sembler facile, Mme Vasseur conseille aux gens qui souhaitent se lancer dans cette activité physique d’y aller peu à peu et de connaître ses limites. «Le secret c’est de commencer tranquillement et de faire ce qu’on veut selon ce qu’on peut faire. Tu commences tranquillement, mais constamment. Il faut commencer, mais surtout ne pas lâcher», rappelle-t-elle. «Si tu restes assis sur ton fauteuil, comme on dit, si tu ne grouilles pas, tu vas rouiller!», ajoute en riant M. Vasseur. 

Pour 2021, les Vasseur ne se sont fixé ni objectif ni de distance précise à parcourir. Ce qui importe davantage pour eux, c’est de toujours se dépasser. «Aussi longtemps qu’on a la santé, c’est ça qui compte», conclut Mme Vasseur.