L’école élémentaire catholique d’enseignement personnalisé La Source à Orléans se classe au 115e rang du palmarès des écoles ontariennes de l’Institut Fraser.

3000 écoles scrutées à la loupe

L’Institut Fraser rendait public, ce dimanche, son plus récent classement des écoles élémentaires anglophones et francophones publiques et catholiques de l’Ontario.

Sur les 3064 écoles scrutées à la loupe, 226 sont francophones et leur classement affiche, somme toute, de beaux succès. Une petite quantité d’écoles indépendantes sont aussi analysées dans l’étude. 

Trois matières sont prises en compte : les mathématiques, l’écriture et la lecture et ces tests du ministère de l’Éducation de l’Ontario étaient complétés par des élèves de 3e et 6e années du primaire. Tous les examens ont été passés au printemps 2017.

Les écoles sont classées selon neuf critères de rendement déterminés par l’Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE).

La note provinciale moyenne est de 6/10. Dix pour cent des écoles de la province affichent des performances sous les standards gouvernementaux acceptables.

Au sommet de cette pyramide qualitative, on retrouve au premier rang, ex aequo, 20 écoles. Elles affichent donc des résultats parfaits de 10/10. Parmi celles-ci, on retrouve notamment l’école anglophone St. Gregory de Nepean, la plus performante de notre région.

Des écoles francophones qui se distinguent

Parmi les écoles francophones qui font bonne figure, notons le classement des écoles de la région d’Orléans. 

Ainsi, l’école élémentaire catholique d’enseignement personnalisé La Source à Orléans affiche une note globale de 8,6/10 et se classe au 115e rang sur 3064 écoles. L’école élémentaire catholique Sacré-Coeur à Bourget, affiliée au Conseil scolaire de district catholique de l’Est ontarien affiche les mêmes résultats. 

D’autres écoles francophones se distinguent également : l’école élémentaire catholique Arc-en-ciel à Orléans (8,5/10 - 136e rang), l’école élémentaire publique Des Sentiers à Cumberland (8,4/10 - 165e rang) et l’école élémentaire catholique L’Étoile-de-l’Est à Orléans (8,3/10 - 191e rang).

Les filles mènent le bal

Parmi les neuf indicateurs de qualité, l’un d’eux s’intéresse aux différences de résultats entre les sexes. On observe, encore une fois cette année, des performances supérieures chez les filles par rapport aux garçons. En mathématiques, les filles distancent les gars de 10 points, mais les deux groupes se rapprochent en lecture avec des différences de 2 % ou 3 % en faveur des jeunes filles.

Les pourcentages d’élèves en difficulté qui ont des besoins spéciaux sont aussi pris en considération pour justifier le classement des écoles. L’Institut Fraser salue d’ailleurs cette année les très bonnes performances générales des écoles qui offrent aussi des services aux enfants qui ont des difficultés d’apprentissage. 

Les revenus d’emploi des parents ne sont plus pris en considération; ce qui était fait jadis. Une donnée qui permettait d’identifier les écoles en milieux moins favorisés.

Mais pourquoi donc se livrer à cet exercice ? Yanick Labrie, chercheur associé à l’Institut Fraser explique : « J’aime penser que ça donne un outil aux parents pour évaluer la qualité de l’enseignement dans le milieu où ils habitent et, sans dire que ça met de la pression, ça porte à réfléchir sur des façons d’améliorer les performances scolaires de certaines écoles. Même les directions d’établissements en tiennent compte [...] C’est un outil qui nous amène à pousser vers le haut. On ne peut pas se satisfaire du statu quo. »