30 arrestations dans une série de perquisitions

Bryan Michaud
Le Droit
Au terme d'une enquête de près d'un an, le service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) a procédé jeudi à l'arrestation de trente personnes soupçonnées de trafics de stupéfiants.
Des trente suspects, il y a onze femmes, dont deux d'âge mineur, et dix-neuf hommes. Les individus sont toujours détenus au poste de police du SPVG et quelques-uns d'entre eux devraient comparaître vendredii au palais de justice de Gatineau.
Les accusés devront répondre à des accusations de trafic de stupéfiants, de possession de drogues en vue d'en faire le trafic et de biens criminellement obtenus. Lors des 21 perquisitions, les agents de la paix ont saisi 29 véhicules.
Loin de faire l'unanimité
Plusieurs voisins d'un des suspects arrêtés se sont dits soulagés de le voir prendre le chemin de la prison.
«Beaucoup de voisins ne l'aimaient pas, avoue une dame qui n'a pas voulu être identifiée. Il faisait des affaires de fou, comme de promener son garçon d'environ huit ans sur sa moto sans casque. Il dérangeait tout le monde lorsqu'il partait sa camionnette. C'est comme s'il fallait que tout le monde l'entende !»
La plupart des gens du voisinage se plaignaient qu'il y avait beaucoup de va-et-vient à son domicile.
Un seul voisin semblait apprécier sa présence dans l'entourage.
«Les policiers ont fermé la route lorsqu'ils sont arrivés et j'ai vu six policiers rentrer rapidement chez lui, raconte le voisin. Il m'aidait à entretenir mon terrain. Il a une compagnie d'entretien de terrains et de déneigement. C'est un bon gars.»
Plusieurs des arrestations ont été effectuées dans le secteur Hull.
Les autres se sont déroulées dans divers quartiers de Gatineau, à La Pêche et à Cantley. La police de la MRC des Collines a collaboré avec le SPVG pour les saisies.