Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a annoncé qu’il interdira les boissons contenant plus de 7 % d’alcool dans les épiceries et les dépanneurs. «Ça n’empêchera pas l’industrie de s’adapter, d’offrir des canettes plus grandes et tellement pas chères que les jeunes vont pouvoir caler beaucoup d’alcool rapidement», exprime Hubert Sacy, directeur général d’Éduc’alcool.

1,70 $ le verre d’alcool minimum, propose Éduc’alcool

Éduc’alcool suggère que le prix minimal d’un verre d’alcool au Québec soit fixé à 1,70 $. Des études indiquent qu’à ce prix, les adolescents et les personnes vulnérables seront moins enclines à en ingurgiter une quantité excessive.

À l’heure actuelle, il est possible de trouver de l’alcool à 0,75 $ le verre de 13,5 grammes au dépanneur et à l’épicerie.

«On dit pas qu’il faut augmenter tous les prix de tous les alcools. Juste établir un minimum pour éviter le développement de boissons alcoolisées sucrées très peu chères», explique Hubert Sacy, directeur général d’Éduc’alcool.   

LIRE AUSSI: Alcool au volant: c’est votre chance d’agir, M. Coiteux

C’est la position que défendra M. Sacy mardi devant les parlementaires qui étudient le projet de loi 170 sur l’alcool. Selon lui, les amendements que propose le gouvernement pour encadrer les boissons alcoolisées sucrées sont «un pas insuffisant dans la bonne direction».

Une étude de l’Institut national de santé publique (INSPQ) parue en mars recommande au gouvernement d’établir un prix minimal pour l’alcool, comme il en existe déjà un pour la bière. À l’heure actuelle, ce prix minimal est d’environ 1 $ la canette de bière. 

Une voie que ne souhaitent pas emprunter les libéraux pour l’instant. Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a plutôt annoncé qu’il interdira les boissons contenant plus de 7 % d’alcool dans les épiceries et les dépanneurs. 

«Ça n’empêchera pas l’industrie de s’adapter, d’offrir des canettes plus grandes et tellement pas chères que les jeunes vont pouvoir caler beaucoup d’alcool rapidement», exprime M. Sacy. L’INSPQ faisait également valoir que toutes les provinces du Canada (sauf le Québec et l’Alberta) ont fixé des prix minimaux sur l’alcool.

Cours obligatoire pour les serveurs

Éduc’alcool consacre une grande partie du mémoire qu’il présentera aux députés à proposer l’imposition d’un cours obligatoire pour tous ceux qui servent de l’alcool au Québec. À ceux qui prétendent qu’il s’agit d’une embûche trop grande pour les restaurateurs et les propriétaires de bars qui manquent de main-d’œuvre, M. Sacy répond qu’il faut «arriver en 2018». Il fait valoir que la formation Action service offerte par l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ) peut être suivie en seulement deux heures sur le Web, au coût de 45 $.

«C’est vraiment pas compliqué et, pour un serveur, les pourboires d’une journée payent largement la formation», exprime Valérie Couturier. Cette entrepreneure de 28 ans de Sainte-Julie avait perdu son emploi comme serveuse dans un bar en 2013 après avoir prévenu la police qu’un client en état d’ébriété avancé voulait partir au volant de sa voiture. «On m’a dit que j’avais pas d’affaire à faire ça, que c’était un bon client. Mais moi, je pense que j’ai pu sauver des vies», explique-t-elle en entrevue.

Des mentalités qui doivent changer

Depuis, elle croit que les mentalités des serveurs et des propriétaires de bar doivent changer et appuie la position d’Éduc’alcool. Dans son mémoire, M. Sacy indique qu’après la médiatisation du cas de Mme Couturier, tous les partis à l’Assemblée nationale étaient d’accord pour exiger que les serveurs soient formés afin de mieux agir avec les clients qui ont trop bu. Depuis, aucun n’en a fait son cheval de bataille.

M. Sacy a compris que l’objectif derrière le projet de loi 170 est de faciliter la vie aux restaurateurs et aux propriétaires de bar, en leur imposant moins de contraintes. «Mais il faut pas juste tout leur donner. Ils ont aussi des responsabilités.»