Les cyclistes de l'équipe Salut Champion sont revenus au bercail trempés jusqu'aux os, mais ravis de leur périple.

115 000 $ et un déluge au Cyclotour Santé Outaouais

Dame Nature doit avoir une dent contre le Cyclotour Santé Outaouais.
Samedi matin, pour une troisième année, des conditions météorologiques difficiles ont mis des bâtons dans les roues des cyclistes qui ont participé à la campagne de financement de la Fondation Santé Gatineau.
À sa première édition, en 2014, le Cyclotour Santé s'était déroulé pendant une journée froide et pluvieuse du mois de septembre. L'année suivante, même scénario, malgré les doigts croisés des membres de l'organisation.
Cette année, la chance aurait pu tourner, et la chaleur habituelle du mois de juillet aurait pu profiter à la centaine de participants. Face à des prévisions météo incertaines, la Fondation Santé Gatineau a puisé dans ses dernières réserves d'optimisme en décidant de ne pas annuler l'activité, mais de raccourcir les deux plus longs parcours de 150 et 100 kilomètres pour greffer tous les cyclistes inscrits au parcours le plus court, celui de 50 km.
Encore là, il semblerait que les attentes aient été trop élevées. Partis de l'hôpital de Gatineau à 9 h, les quelque 100 cyclistes ont eu le temps de rouler, face au vent, jusqu'à Masson-Angers avant que des pluies torrentielles ne s'abattent sur eux. 
Le déluge ne s'est apaisé qu'après 11 h, alors que les premiers participants revenaient dans le stationnement de l'hôpital en chantant en choeur.
Le referaient-ils? «C'est certain! s'exclame Michel Fauvel, qui en est à sa troisième participation. C'est plaisant, il y a une belle camaraderie avec les cyclistes. Et c'est pour une bonne cause. En espérant que l'année prochaine, ça arrive encore!»
115 000$ amassés pour la cause
Définitivement, les cyclistes ont la cause de la Campagne des naissances à coeur. Les chiffres le prouvent: leurs efforts conjugués, en plus des contributions de différents partenaires, totalisent
115 000 $. 
Cette somme servira à transformer l'unité de périnatalité de l'hôpital de Gatineau pour y aménager 32 chambres TARP, qui accueilleront dans une seule et même pièce le travail, l'accouchement, le repos et le post-partum des nouvelles mères plutôt que de les forcer à se déplacer pour chaque étape, comme c'est présentement le cas. 
La fin des travaux est prévue pour 2018.
C'est dans le cadre de la même campagne que la Maison de naissance de l'Outaouais a été mise en opération en février dernier. 
L'objectif de la Campagne des naissances est de rapatrier depuis l'Ontario 800 accouchements de mères gatinoises par an. La valeur totale des deux projets équivaut à 20 millions $.