Le Droit
Kelly Schmitt, l’une des rares femmes occupant un poste de cheffe de la direction au Canada, ne mâche pas ses mots lorsqu’on lui demande ce qu’elle pense de la dernière série de données montrant que 66 % des sociétés albertaines inscrites en Bourse comptent une ou plusieurs femmes à des postes de direction.
Kelly Schmitt, l’une des rares femmes occupant un poste de cheffe de la direction au Canada, ne mâche pas ses mots lorsqu’on lui demande ce qu’elle pense de la dernière série de données montrant que 66 % des sociétés albertaines inscrites en Bourse comptent une ou plusieurs femmes à des postes de direction.

Haute direction: les femmes font de légers gains, mais restent sous-représentées

Amanda Stephenson
La Presse Canadienne
Il y a maintenant huit ans que les autorités canadiennes de réglementation des valeurs mobilières ont mis en place des règles de type «appliquer ou expliquer» dans le but d’augmenter le nombre de femmes dans les conseils d’administration et les bureaux de direction des entreprises du pays.