Le Droit

L’urgence d’un sommet sur la main-d’oeuvre

Jean Baillargeon
Jean Baillargeon
Expert-conseil en communication et développement stratégique
POINT DE VUE / Je fais partie des sceptiques qui croient davantage à une «absence volontaire et involontaire» de main-d’œuvre qu’à un «manque» de main-d’œuvre. Pourquoi? Parce que notre société évolue et que le travail standardisé (8h par jour, cinq jours semaine) est devenu obsolète.