Le Droit
Cette année ne fera pas exception : avant midi le 4 janvier 2022, les 100 hauts dirigeants les mieux payés des firmes cotées à la bourse de Toronto avaient déjà gagné l’équivalent du salaire annuel moyen de l’ensemble des travailleurs canadiens.
Cette année ne fera pas exception : avant midi le 4 janvier 2022, les 100 hauts dirigeants les mieux payés des firmes cotées à la bourse de Toronto avaient déjà gagné l’équivalent du salaire annuel moyen de l’ensemble des travailleurs canadiens.

Les riches se portent bien

Geneviève Tellier
Geneviève Tellier
Collaboration spéciale
CHRONIQUE / Depuis plusieurs années maintenant, le Centre canadien de politiques alternatives (CCPA) publie un rapport dans lequel il indique en combien de temps les dirigeants les mieux payés au Canada gagnent le salaire moyen d’un travailleur. Année après année, on constate que ça se fait très, très rapidement. Cette année ne fera pas exception : avant midi le 4 janvier 2022, les 100 hauts dirigeants les mieux payés des firmes cotées à la bourse de Toronto avaient déjà gagné l’équivalent du salaire annuel moyen de l’ensemble des travailleurs canadiens.