Le Droit
En conférence de presse, mercredi, le ministre de la Santé, Christian Dubé a dit croire que le taux de vaccination chez les employés visés par le décret progressera encore d’ici le 15 novembre puisque des «milliers» de Québécois, dont des «centaines» de travailleurs de la santé, viennent chercher une première dose tous les jours.
En conférence de presse, mercredi, le ministre de la Santé, Christian Dubé a dit croire que le taux de vaccination chez les employés visés par le décret progressera encore d’ici le 15 novembre puisque des «milliers» de Québécois, dont des «centaines» de travailleurs de la santé, viennent chercher une première dose tous les jours.

Un mois de plus pour convaincre, vraiment?

Élisabeth Fleury
Élisabeth Fleury
Le Soleil
Le gouvernement Legault fait le pari qu’en repoussant d’un mois la mise en application du décret sur la vaccination obligatoire des travailleurs de la santé, des milliers d’entre eux qui ne sont pas encore protégés contre la COVID-19 iront chercher leur première dose. Des expertes en psychologie consultées par Le Soleil estiment toutefois que cette nouvelle échéance ne suffira pas à convaincre la plupart des travailleurs réfractaires à la vaccination de relever la manche.