«Ça prend quelqu’un pour les défendre, ces familles-là»

Des affiches ont été installées dans l’Est ontarien afin de demander l’aide du public à résoudre des crimes et disparitions non résolues.

Un résident de Hawkesbury entreprend de s’occuper de «ses familles» et de remettre les projecteurs sur des meurtres et des disparitions irrésolues en Ontario.


«Ça prend quelqu’un pour les défendre, ces familles-là, dit Gaston Lepage. Ces gens n’ont pas ‘fun’, même en vacances, car ils sont toujours en train de chercher leur enfant ou leur proche disparu. Ils sont toujours en train de regarder si telle personne à proximité peut être leur enfant, car elle lui ressemble.»

M. Lepage entame son projet de développement du «chapitre» ontarien de l’organisme Meurtres et disparitions irrésolus du Québec (MDIQ). Il unit ses forces à l’organisme québécois, alors que le crime - et les suspects qui courent toujours - n’a pas de frontières. 

M. Lepage évoque d’abord le délit de fuite mortel de Jessica Godin, survenu à Fournier en 2011. Le bénévole veut aider tout en faisant la part des choses entre les faits et les ouï-dire des villageois. Le bénévole veut par ailleurs convaincre les corps policiers de réviser certains éléments d’enquête ayant été mis de côté depuis de nombreuses années.

«Il y a des informations qui circulent dans ces petits villages-là et qui devraient être davantage prises en compte, croit M. Lepage.  On ne peut pas être certains à 100% qu’il s’agit de tel ou tel suspect, mais on sait que quelqu’un, quelque part, a la réponse permettant de faire avancer l’enquête. Il faut que le monde le sache. Il faut que les gens se souviennent de ces cas-là. Le public peut penser que c’est réglé, car on n’en entend plus parler.» 

Gaston Lepage entame son projet de développement du «chapitre» ontarien de l’organisme Meurtres et disparitions irrésolus du Québec.

Gaston Lepage a récemment rencontré d’autres familles de victimes, qui hésitent toujours à se confier publiquement.

Dans le village de Fournier, l’histoire est tout autre. La mère de Jessica Godin ne cache pas son désir de voir jaillir la vérité pour enfin faire son deuil de sa fille (voir autre texte).

Gaston Lepage consacre du temps à connaître toutes les circonstances du décès tragique de cette jeune femme de 18 ans, retrouvée sans vie dans un fossé du village.

Les bénévoles de MDIQ-Ontario espèrent aussi trouver l’auteur du délit de fuite mortel. Le frère de Gaston Lepage, Noel, a accepté d’aménager sur son terrain une affiche permanente montrant la photo de Jessica, à quelques pas du lieu où elle a été retrouvée sans vie. Lors de notre passage, Noel Lepage a précisé que cette affiche était là pour de bon, «tant que le dossier ne sera pas élucidé».

«C’est un beau geste de mon frère, dit Gaston Lepage. Mais je crois que les municipalités devraient afficher de tels panneaux sans que ce soit nécessairement les particuliers à le faire.»

À L’Orignal, à une trentaine de kilomètres de Fournier, une autre affiche met en évidence deux visages, dont celui de Jessica Godin. L’autre jeune femme est Marilyn Bergeron, disparue à Québec en février 2008. Cette dernière aura été aperçue dans le secteur de Hawkesbury, peu de temps après l'avis de sa disparition. Encore une fois, un résident de l’endroit a gracieusement accepté que l’organisme installe les photos grand format sur son terrain, sur la route 17.

•••

Vous avez des informations? Contactez la Police provinciale de l’Ontario: 1-888-310-1122

À L’Orignal, dans l'Est ontarien, une  affiche met en évidence les visages de deux jeunes femmes disparues.