Le Droit
Les premières études sur la cigarette électronique comparaient les vapoteurs et les fumeurs parce qu’on voyait surtout le vapotage comme une solution de remplacement ou de sevrage au tabac. Mais la tendance à la hausse du vapotage chez des jeunes qui n’ont jamais fumé, a créé un intérêt pour le vapotage en lui-même.
Les premières études sur la cigarette électronique comparaient les vapoteurs et les fumeurs parce qu’on voyait surtout le vapotage comme une solution de remplacement ou de sevrage au tabac. Mais la tendance à la hausse du vapotage chez des jeunes qui n’ont jamais fumé, a créé un intérêt pour le vapotage en lui-même.

Vérification faite: le vapotage, aussi dangereux qu’on le dit?

Jean-François Cliche
Jean-François Cliche
Le Soleil
L’AFFIRMATION: «Je trouve que ce qu’on lit sur le vapotage dans les médias, dernièrement, relève de la désinformation. Les morts liées à la cigarette électronique sont, à mon avis, plus attribuables à des produits douteux achetés sur le marché noir qu’au vapotage comme tel. Les experts que j’ai lus sur le sujet sont favorables au vapotage. Alors ça ne peut pas être aussi dangereux qu’on le dit, non?», demande Louis Cornellier, de Joliette.