Le Droit
«Il y a un tassement, où on oublie le français au détriment de l’anglais, où on se sent moins concerné, moins préoccupé et il y a une forme d’indifférence», déplore Pauline Marois.
«Il y a un tassement, où on oublie le français au détriment de l’anglais, où on se sent moins concerné, moins préoccupé et il y a une forme d’indifférence», déplore Pauline Marois.

Marois et Parisella en campagne de promotion du français

Lia Lévesque
La Presse Canadienne
Ugo Giguère
La Presse Canadienne
L’ancienne première ministre péquiste Pauline Marois s’est unie à une figure libérale en vue, John Parisella, pour dépolitiser la promotion du français.