Le Droit
Denise Daigle déplore que l’équipe médicale de son conjoint, Robert Fortier, n’ait jamais proposé l’option de l’AMM alors que ce dernier était atteint d’une maladie dégénérative et exprimait clairement sa volonté de mourir. Il est décédé après une grève de la faim de 41 jours.
Denise Daigle déplore que l’équipe médicale de son conjoint, Robert Fortier, n’ait jamais proposé l’option de l’AMM alors que ce dernier était atteint d’une maladie dégénérative et exprimait clairement sa volonté de mourir. Il est décédé après une grève de la faim de 41 jours.

Quand les mots manquent

Mélanie Noël
Mélanie Noël
La Tribune
Atteint d’une maladie dégénérative rare, Robert Fortier refusait de continuer à vivre dans l’état dans lequel il se trouvait; il n’avait plus de qualité de vie. Hospitalisé au CHUS, il est décédé le 12 mars 2017 après avoir fait une grève de la faim qui a duré 41 jours. L’équipe médicale qui le traitait ne lui a jamais proposé l’aide médicale à mourir, même si l’homme de 66 ans a exprimé haut et fort, à plusieurs reprises et à qui voulait bien l’entendre, son désir de mettre fin à ses jours. Pourtant, le Sherbrookois remplissait les conditions pour y avoir recours, selon le docteur de sa conjointe.