Le Droit
Chantal Bessette est en croisade pour l’élargissement des critères d’admissibilité de l’AMM depuis la mort de son père, Yves Bessette, qui s’est suicidé à défaut d’avoir droit à l’AMM.
Chantal Bessette est en croisade pour l’élargissement des critères d’admissibilité de l’AMM depuis la mort de son père, Yves Bessette, qui s’est suicidé à défaut d’avoir droit à l’AMM.

Le suicide à défaut de l’aide médicale à mourir

Mélanie Noël
Mélanie Noël
La Tribune
Les souffrances causées par la dystrophie musculaire étaient devenues invivables et la détérioration de sa qualité de vie lui était insupportable. Après une première tentative de suicide en août 2018, Yves Bessette décide de faire une demande d’aide médicale à mourir (AMM). Les intervenants confirment que l’homme de 70 ans est lucide et pas dépressif. Accompagné de ses proches, M. Bessette détermine ses dernières volontés, planifie sereinement sa fin de vie. Mais en septembre, le médecin lui apprend qu’il n’est pas admissible à l’AMM puisqu’il n’est pas en fin de vie.