Le Droit
Le gouvernement Ford croyait sûrement qu’en coupant la tête du CSF, il aurait moins de comptes à rendre sur ses décisions ayant un effet néfaste sur l’épanouissement de la communauté francophone de l’Ontario.
Le gouvernement Ford croyait sûrement qu’en coupant la tête du CSF, il aurait moins de comptes à rendre sur ses décisions ayant un effet néfaste sur l’épanouissement de la communauté francophone de l’Ontario.

Des justifications économiques qui ne tiennent pas la route

À vous la parole
À vous la parole
Le Droit
OPINION / Dans ses efforts plutôt vains d’expliquer la dissolution du Commissariat aux services en français de l’Ontario (CSF) annoncée dans l’Énoncé économique de la semaine dernière, Caroline Mulroney, ministre déléguée aux Affaires francophones, n’a de cesse de dire que le transfert des employés du CSF vers le bureau de l’ombudsman permettra de rendre les services plus efficaces et de faire des économies essentielles pour rétablir le budget de la province.