Le Droit
Le chef du NPDQ, Raphaël Fortin, au centre, entouré des candidats des circonscriptions de Hull et Pontiac, Nichola St-Jean et Samuel Gendron.
Le chef du NPDQ, Raphaël Fortin, au centre, entouré des candidats des circonscriptions de Hull et Pontiac, Nichola St-Jean et Samuel Gendron.

Le NPDQ se présente comme «l'option de gauche non souverainiste» en Outaouais

Daniel LeBlanc
Daniel LeBlanc
Le Droit
De passage à Gatineau lundi, le chef du Nouveau Parti démocratique du Québec (NPDQ) Raphaël Fortin pense que les électeurs de l’Outaouais, « pris pour acquis par les libéraux depuis fort longtemps », auront pour la première fois dans l’isoloir le 1er octobre une option de gauche « non-souverainiste ».