Le Droit
La compagnie Air Transat et l'aéroport d'Ottawa se renvoyaient la balle pour expliquer le cafouillage de lundi alors que des centaines de passagers sont demeurés prisonniers de longues heures dans leur avion sur le tarmac de l'aéroport.
La compagnie Air Transat et l'aéroport d'Ottawa se renvoyaient la balle pour expliquer le cafouillage de lundi alors que des centaines de passagers sont demeurés prisonniers de longues heures dans leur avion sur le tarmac de l'aéroport.

Lendemain d'une soirée orageuse pour Air Transat

Louis-Denis Ebacher
Louis-Denis Ebacher
Le Droit
Entre les deux grandes villes canadiennes, l'Aéroport international d'Ottawa a dû assumer sa position stratégique et accueillir, presque au même moment, des centaines de passagers qui devaient s'arrêter à Toronto ou à Montréal, lundi soir. Mardi, la compagnie Air Transat et l'Aéroport d'Ottawa se renvoyaient la balle pour expliquer pourquoi des centaines de passagers étaient restés pris sur le tarmac pendant deux à cinq heures.