Le Droit
Roger Fleury exhorte M. Carle à justifier certaines interventions financières de la Confédération des peuples autochtones du Canada (CPAC), dont Guillaume Carle est le grand chef.
Roger Fleury exhorte M. Carle à justifier certaines interventions financières de la Confédération des peuples autochtones du Canada (CPAC), dont Guillaume Carle est le grand chef.

Guerre intestine et «stupidités»

Louis-Denis Ebacher
Louis-Denis Ebacher
Le Droit
La hache de guerre est déterrée entre deux militants autochtones, autrefois alliés. Contestés par certains milieux politiques, Guillaume Carle et Roger Fleury étaient bras dessus, bras dessous en 2014, lors de l'occupation de l'ancien site ancestral amérindien de la rue Jacques-Cartier, à Gatineau. Le temps où les deux hommes occupaient le terrain autour d'un feu sacré, dénonçant la Ville de Gatineau, semble révolu. Roger Fleury attaque aujourd'hui M. Carle devant la Cour supérieure, qui devra faire la part des choses, entre insultes et allégations financières.