Le Droit
L'équipe de la professeure Diana Inkpen développe, avec son équipe et ses étudiants, des algorithmes pouvant détecter et surveiller les personnes présentant des risques de problèmes en santé mentale.
L'équipe de la professeure Diana Inkpen développe, avec son équipe et ses étudiants, des algorithmes pouvant détecter et surveiller les personnes présentant des risques de problèmes en santé mentale.

L'humeur des internautes décodée

Louis-Denis Ebacher
Louis-Denis Ebacher
Le Droit
Un internaute en pâmoison devant un soleil couchant, des bas de laine devant le feu de foyer avec «un verre de vino», puis un commentaire disant que la vie est belle. Ou encore une pensée sur la vie difficile, «la maudite collègue» ou «cette maudite maladie». Facebook, Instagram et Twitter regorgent de ces morceaux de vie. Pour la professeure Diana Inkpen, de la Faculté de génie de l'Université d'Ottawa, il s'agit de données pouvant être très utiles pour les intervenants en santé mentale.