Le Droit
Les coupures de service dans le Pontiac, en février dernier, ne sont que la pointe de l'iceberg.
Les coupures de service dans le Pontiac, en février dernier, ne sont que la pointe de l'iceberg.

Plus de 4 millions $ en pénalités à Telus

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
La panne majeure du réseau de télécommunications qui a coupé le Pontiac du reste du monde, en février dernier, a fait plus que révéler la fragilité des infrastructures en place. Une enquête menée depuis plus d'un mois par LeDroit démontre que le gouvernement du Québec, notamment le ministère de la Santé, ne reçoit pas tous les services prévus dans un contrat de près d'un milliard de dollars sur dix ans signé avec son fournisseur Telus. Le Pontiac n'est pas le seul coin du Québec à vivre des ruptures de services avec le géant des télécommunications, dont une des obligations contractuelles est de relier tous les établissements de santé de la province par un réseau de fibres optiques fiable à 99,999 %. À cause des secrets industriels propres à l'industrie des télécommunications, Québec n'a aucune façon de savoir quels sont les hôpitaux et organismes publics actuellement à risque d'être coupés, un jour ou l'autre, de leurs bases de données parfois hébergées dans un centre urbain.