Le Droit
France Brazeau ne regrette pas une minute d'avoir quitté son ancien emploi - du travail de bureau - pour conduire un autobus de la STO. «C'est l'emploi parfait», affirme-t-elle.
France Brazeau ne regrette pas une minute d'avoir quitté son ancien emploi - du travail de bureau - pour conduire un autobus de la STO. «C'est l'emploi parfait», affirme-t-elle.

L'autobus conjugué au féminin

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
Quand France Brazeau a pris le volant d'un autobus de la Société de transport de l'Outaouais (STO) pour la première fois de sa vie, en 2001, très peu de femmes l'avaient précédée dans le siège du conducteur. Une dizaine tout au plus, estime-t-elle.