Le Droit
Le bilinguisme serait avant tout une affaire de francophones, s'il faut en croire un rapport portant sur « l'appréciation et la perception des deux langues officielles » dont LeDroit a obtenu copie.
Le bilinguisme serait avant tout une affaire de francophones, s'il faut en croire un rapport portant sur « l'appréciation et la perception des deux langues officielles » dont LeDroit a obtenu copie.

Des anglophones moins bilingues que la moyenne

Philippe Orfali
Philippe Orfali
Le Droit
Vivant dans une région résolument bilingue, les Anglo-Québécois de l'Outaouais sont pourtant considérablement moins aptes dans les deux langues officielles que ceux de l'ensemble du Québec, révèlent des données compilées par Statistique Canada à la demande du Droit.